Indications : Tout type de symptôme (ou de maladie, dépression, etc.) qui s’est installé et dont je me dis confusément qu’il a quelque chose à voir avec mon histoire, qu’il veut me dire quelque chose, que je dois l’accueillir plutôt que chercher à tout prix à le faire disparaître.

———–

La démarche que je propose n’est absolument pas médicale, elle est basée sur une hypothèse : Le symptôme (ou la maladie) dont je cherche à me débarrasser est peut-être le langage d’un évènement de mon histoire, d’une souffrance accumulée, ou d’émotions refoulées.

Par l’accompagnement que je propose (voir les modalités dans l’onglet « soins relationnels »), la personne qui le souhaite peut aller à la découverte de l’éventuel message caché, manifesté par son symptôme. Quand un tel message est mis en évidence par le travail émotionnel et symbolique, il peut arriver que le symptôme devienne inutile : Les mots ont pris le relais de ce qu’il voulait dire, et il disparaît.

Cela n’est pas systématique : Même si le message caché paraît avoir été entendu, le corps peut s’en trouver mieux, ou non. Le changement intervient en tous cas sur la manière d’accueillir le symptôme. Pour mieux comprendre cette approche, je recommande le livre du Dr Dransart (voir onglet « Citations »).

La démarche proposée est totalement indépendante du traitement médical décidé par ailleurs, je ne suis pas compétent pour inciter à le modifier.

———-

« Mais tant que nous le condamnons au silence, cet enfant en nous n’a pour s’exprimer que le langage de l’insomnie, des symptômes physiques et de la dépression. » Alice Miller dans ‘Abattre le mur du silence’, page 14.

Sans un accompagnateur qui va l’autoriser à s’exprimer vraiment, autorisation qu’il n’a jamais reçue auparavant sous l’effet de menaces variées, cet « enfant en nous » ne peut pas se mettre à parler. Il continue à se manifester par des manifestations gênantes et incompréhensibles.